« L’année des végétaliens »

Le magazine The Economist a annoncé que 2019 serait : L’année des végétaliens. C’est une déclaration stupéfiante. Selon certaines études, en très peu de temps – quatre ans pour être exact – des pays ainsi que le monde entier ont été impactés par les choix qu’ont fait certains individus de remplacer la viande par des aliments végétaliens.

Autrement dit, vous et moi, nous avons quotidiennement pris, pour ce qui est de notre alimentation, des décisions d’achats qui ont changés – et qui continuent de changer – les économies mondiales.

S’il vous arrive de vous demander si nous sommes, en tant qu’individus, en mesure de transformer le monde et d’en faire un cadre de vie meilleur pour tous les êtres qui y vivent ; alors ne cherchons pas plus loin ! C’est justement ce que nous sommes en train de faire depuis à peine quatre ans.

Le pouvoir de choisir

Ce très bref article fait naître en nous l’espoir que la quête de santé et de bonheur des êtres humains ne se situe pas qu’à un niveau personnel ; mais qu’ils s’efforcent également – que nous nous efforçons – de réformer le monde. C’est article se focalise sur la génération Y ; en effet, le monde des affaires et les gouvernements sont particulièrement sensibles aux aspirations de cette génération. Cependant, et de mon propre point de vue, les parties prenantes à ce spectaculaire changement ne sont pas seulement les membres de la génération Y mais aussi ceux des générations X et Z, les enfants du baby-boom ainsi que tous les citoyens concernés à travers le monde qui, sur le fondement de leur propre libre arbitre, ont fait un choix : celui de vouloir modeler un monde empreint de compassion.

The Economist nous indique que de grands groupes tels que Mc Donald prennent très sérieusement en compte cette tendance et que les fabricants d’aliments végétaliens voient leur part de marché se développer de manière fulgurante ; faisant ici référence aux énormes ventes des sociétés Beyond Meat et Vivera (une entreprise néerlandaise dont le steak végétalien est l’objet d’une importante demande en Europe).

En parlant d’elle sous l’appellation de “technologies transformatrices”, The Economist suggère que l’industrie végane – qu’il s’agisse de la production d’aliments ou de vêtements – est promise à un avenir florissant et représente un bon investissement. Cette industrie contribuera donc à réduire “l’empreinte environnementale que génère l’élevage des animaux”.

C’est une déclaration énorme, faire du changement climatique au premier plan! The Economist suggère-t-il de promouvoir des industries qui luttent contre le changement climatique parce qu’elles sont à la fois moralement bonnes et économiquement saines ? J’espère.

La bonne nouvelle pour nous – et pour la planète – tient au fait que le régime alimentaire végétalien n’est plus considéré comme une mode hippie issue de la contre-culture. Ce régime alimentaire devient de plus en plus grand public et populaire chez des individus de tous sexes, âges, cultures, races, couleurs politiques et classes sociales. Quel meilleur moyen de nous réunir – nous tous – que celui qui prend la forme de notre intérêt partagé pour le mode de vie végétalien ; un mode de vie qui garantit à nous-mêmes, à nos enfants, aux animaux avec lesquels nous partageons cette planète et à la planète elle-même une santé globale.

Adaptation avec l’autorisation de VeggieFestChicago.com

 

Vous voulez en apprendre plus?

Le secret des relations harmonieuses

Les gens du monde entier ont essayé de déchiffrer le code pour créer des relations harmonieuses et durables. Pourtant, si nous savons où regarder, les relations harmonieuses ne sont pas loin de notre portée.
En tant qu’êtres sociaux vivant dans ce monde, nous recherchons continuellement des relations harmonieuses avec ceux qui nous entourent – notre famille, nos proches, nos amis, nos collègues et nos voisins.

Plus de lecture

Construire des ponts grâce à la méditation

Les grands philosophes ont affirmé : « Connais-toi toi-même !». Il devrait s’agir du premier de nos objectifs en arrivant dans ce monde. Notre principal objectif devrait être de découvrir qui nous sommes réellement et quel est le but de notre vie. Sommes-nous un poulet ou sommes-nous un aigle qui peut s’élever haut dans le ciel et être le roi des oiseaux.

Plus de lecture

Remplacer la colère par l’amour

Comment, dans ce monde, pouvons-nous devenir des ambassadeurs de la paix ? Que se passera-t-il lorsque nous changerons notre angle de vision ? Une personne peut-elle, à elle seule, faire une différence ?

Plus de lecture

Donnez toujours le meilleur de vous-mêmes

Il y a des moments dans la vie où, en dépit de nos meilleurs efforts, nous sommes déçus par les résultats obtenus ou par le fait que nos efforts ne soient pas appréciés par ceux que nous cherchions à servir ou à aider. Quand cela arrive, nous avons tendance à ajuster le niveau de nos efforts en fonction de la situation ou des personnes concernées.

Plus de lecture

Lâcher prise

Il était une fois un homme qui vivait seul. Il avait gardé son argent dans un pot spécial afin que personne ne puisse le voler. Un jour, alors que l’homme était en train de cultiver sa terre, un voleur a fait irruption. Cherchant quelque chose à voler, il est tombé sur une lourde jarre de pierre. Il pouvait à peine le secouer pour entendre les pièces à l’intérieur. Il ne pouvait pas soulever le pot. Alors l’homme a collé sa main dans le pot pour sortir l’argent.

Plus de lecture